logo asterigo Consulting

Gestion de la Dette Technique dans le développement des modèles Anaplan : Meilleures Pratiques et les écueils à éviter !

Dans un monde en constante évolution, où les technologies de planification jouent un rôle de plus en plus crucial, Anaplan s’est imposé comme la plateforme de référence pour planifier les activités de l’entreprise allant de la finance à la supply. Anaplan aide les entreprises à intégrer diverses fonctions opérationnelles, telles que la finance, les ressources humaines et la production. 

Cependant, le paramétrage et le développement des modèles en phase de projet ou en maintenance est un processus complexe, qui peut souvent entraîner une accumulation de dettes techniques. Cette dette, si elle n’est pas gérée correctement, peut entraver l’efficacité et la flexibilité de l’architecture, affectant ainsi l’usage des applications et par extension la performance opérationnelle des métiers. 

 

De quoi on parle ?  

La dette technique dans le contexte des progiciels de gestion se réfère au non-respect des bonnes pratiques, aux solutions à court terme, aux compromis ou aux configurations incomplètes qui, bien qu’elles puissent répondre à un besoin immédiat, peuvent entraîner des coûts supplémentaires, des inefficacités ou des complications à long terme. Cette dette peut être le résultat de divers facteurs, y compris des décisions prises sous la contrainte de délais serrés, un manque de compréhension des fonctionnalités, le non-respect des recommandations d’éditeur ou des changements dans les exigences métiers. 

 

Les principales causes de la dette technique dans les projets Anaplan :

Choix de modélisation précipités : Souvent, dans l’urgence de répondre aux demandes et besoins métiers, les équipes projet peuvent mettre en œuvre des modifications rapides qui ne prennent pas en compte l’architecture globale du système. Force est de constater que pour répondre à un besoin, il existe une multitude de solutions et il convient de choisir la plus pérenne et maintenable.

Manque de documentation ou de formation adéquate : Sans une documentation claire et une formation adéquate, les utilisateurs et les administrateurs peuvent ne pas utiliser le système de manière optimale, conduisant à des configurations inefficaces. 

Sous-estimation des besoins de personnalisation : Chaque entreprise a ses particularités. Le manque de personnalisation adéquate peut conduire à des processus qui ne sont pas entièrement alignés avec les besoins opérationnels. Une mauvaise adoption implique de reworker l’existant et d’ajouter des briques de développement sans aucune cohérence.  

 

Comment rembourser la dette ? 

Gérer la dette technique dans un projet Agile implique une approche équilibrée qui intègre la reconnaissance, la mesure et l’optimisation de la dette technique tout au long du cycle de vie du projet. Voici des stratégies clés pour y parvenir : 

 

  1. Reconnaissance de la dette technique : La première étape consiste à reconnaître l’existence de la dette technique au sein de l’équipe et de l’organisation. Cela inclut la compréhension des causes, qu’elles soient liées à des contraintes de délai, à des choix de conception, ou à des compétences de l’équipe.

 

  1. Évaluation et documentation : Évaluer régulièrement la dette technique en identifiant et en documentant les zones problématiques. Utiliser des outils d’analyse du paramétrage, des revues et des sessions de rétrospective pour identifier la dette technique. Chez Asterigo, nous avons développé une application d’analyse et de revue du paramétrage. 

 

  1. Priorisation : Toute la dette technique n’a pas le même impact sur le projet. Il est crucial de prioriser la dette en fonction de son impact sur la productivité, la performance, la sécurité, et d’autres facteurs critiques. Utiliser des méthodes comme la matrice d’Eisenhower peut aider à classer la dette en catégories d’urgence et d’importance.

 

  1. Planification de la mise en œuvre des actions correctives : Intégrer le remboursement de la dette technique dans le backlog du projet. Cela implique de traiter le remboursement de la dette comme toute autre tâche du projet, en lui attribuant des ressources, du temps, et en le planifiant dans les sprints.

 

  1. Incorporation dans les itérations : Dédier une partie du temps de chaque sprint à la résolution de la dette technique. Cela peut prendre la forme de « journées d’optimisation du paramétrage », où l’équipe se concentre sur la refactorisation et l’amélioration de la configuration.

 

  1. Amélioration continue : Adopter une culture d’amélioration continue où l’évaluation et le remboursement de la dette technique sont des activités régulières. Utiliser des pratiques telles que l’intégration continue et le déploiement continu pour aider à identifier et à réduire la dette technique. Promouvoir une culture de qualité, de meilleures pratiques de développement au sein de l’équipe. Cela inclut la formation continue, les revues et la promotion de principes de conception solides.

 

  1. Communication : Assurer une communication transparente et régulière avec les parties prenantes sur l’état de la dette technique et sur les plans pour la gérer. Cela aide à aligner les attentes et à assurer le soutien nécessaire pour le remboursement de la dette.


En intégrant ces stratégies dans le cadre Agile, les équipes peuvent gérer efficacement la dette technique, garantissant ainsi que le projet reste flexible, maintenable et évolutif tout au long de son cycle de vie. 

shutterstock 1079363882 1 1


La méthodologie Asterigo pour reprendre la dette technique  

Nous avons développé une méthodologie de travail permettant de gérer la dette technique tout au long des cycles de paramétrage et de développement. Notre approche s’appuie sur le principe refactoring. En effet, le refactoring de la dette technique fait référence au processus de restructuration systématique de l’existant pour améliorer sa structure interne sans en changer le comportement externe. C’est une pratique essentielle pour maintenir et améliorer la qualité du paramétrage, ainsi que pour faciliter l’ajout de nouvelles fonctionnalités de manière plus efficace et moins coûteuse en termes de temps et de ressources. 

La méthodologie Asterigo se décline en 6 étapes :  

  1. Audits du système : Les audits réguliers sont cruciaux pour identifier les zones dans lesquelles la dette technique s’est accumulée. Cela implique une évaluation détaillée de la manière dont le modèle est configuré et utilisé. 
  2. Priorisation des problèmes : Une fois les problèmes identifiés, il est important de les prioriser en fonction de leur impact sur les opérations commerciales et la facilité avec laquelle ils peuvent être résolus. 
  3. Planification : Allouer des sprints spécifiques pour la gestion de la dette technique permet de s’assurer que les ressources nécessaires sont disponibles pour les mises à jour et la maintenance. 
  4. Maintenance proactive : Plutôt que de répondre aux problèmes au fur et à mesure qu’ils surviennent, une approche proactive implique de planifier des mises à jour et des maintenances régulières. 
  5. Documentation complète : Maintenir une documentation détaillée sur les configurations et les personnalisations aident à préserver la connaissance et facilite la formation des nouveaux utilisateurs. 
  6. Innovation et Adaptation : Explorer les nouvelles fonctionnalités. Les contenus Anaplan Community offrent souvent des ressources précieuses, telles que des mises à jour, des formations et du support technique, qui peuvent aider à réduire la dette technique. 


Leviers de dettes dans les modèles Anaplan 

Optimiser un modèle Anaplan est essentiel pour améliorer les performances, la maintenabilité et l’expérience utilisateur. Il existe plusieurs stratégies clés pour diagnostiquer un modèle Anaplan.  

La simplification de la structure du modèle, l’optimisation des formules, la gestion efficace des données, l’utilisation de toute la puissance fonctionnelle d’Anaplan (summary, Line item subsets), l’amélioration de l’expérience utilisateur, la planification et la surveillance des performances, ainsi que la formation et la documentation sont cruciales pour le succès d’un modèle Anaplan. Minimiser les modules, simplifier les formules, nettoyer régulièrement les données, concevoir des dashboards intuitifs, surveiller les performances, et fournir une formation adéquate sont des stratégies clés. Elles visent à réduire la complexité, améliorer les performances, et assurer une gestion et une utilisation efficaces du modèle, tout en maintenant une documentation à jour pour faciliter les modifications futures et soutenir la compréhension de la logique du modèle. 

La gestion efficace de la dette technique dans le paramétrage des progiciels de gestion est cruciale pour le succès à long terme d’une entreprise. En suivant ces recommandations, les organisations peuvent s’assurer que leurs systèmes de gestion restent à jour, efficaces et alignés sur leurs objectifs commerciaux. La clé est une approche proactive, une collaboration étroite avec les fournisseurs et un engagement envers l’innovation et l’adaptation continue. 

 

Partager cet article

Explorez nos autres articles

Modernisation du Pricing dans l’Industrie de l’Énergie : Une Révolution Stratégique Dans un paysage énergétique en constante …

Asterigo entame l’exécution de son premier plan stratégique swing 2026. Ce plan est le fruit d’un travail …

Dans un monde en constante évolution, où les technologies de planification jouent un rôle de plus en …